AXES

Le programme de recherche se décline en axes opérationnels qui ont été élaborés pour interroger les enjeux et les attentes vis-à-vis de la formation continue dans la lutte contre le chômage et le risque de désinsertion professionnelle. 

Comment les publics considérés comme « peu employables » et dont les parcours sont marqués parfois par de nombreux décrochages, notamment scolaires, vivent-ils et considèrent-ils la formation professionnelle ? Quelles sont leurs aspirations, les espoirs placés dans les dispositifs de formation continue qui leur sont accessibles ? Quelles ressources mobilisent-ils pour reconstruire un parcours de formation, notamment en alternance ? Quels obstacles rencontrent-ils ?

Axe 1 : Injonction à se former et accès à l’emploi. 

Le plan présidentiel visant à augmenter de 500 000 les demandeurs d’emploi en formation est symptomatique de cette volonté gouvernementale de faire de la formation continue une solution voire LA solution contre le chômage. Mais par rapport aux objectifs fixés par la loi relative à « la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale », la réalité vécue par les chômeurs peut diverger. Dans cet axe est questionnée l’injonction à se former dans les parcours d’accès à l’emploi pour trois types de publics qui sont étudiés par trois groupes de chercheurs :

  • Les jeunes décrocheurs, c’est-à-dire des jeunes de 18-25 ans qui ne sont ni en emploi, ni à l’école (Kramarz, 2015) et des jeunes qui échouent soit au bac, soit au BTS et qui cherchent ensuite à reprendre des formations en alternance.
  • Les publics dits éloignés de l’emploi en raison de leur durée au chômage, age, faible qualification et problèmes de santé.
  • Les demandeurs d’emploi victimes de discrimination sur le marché du travail : les femmes migrantes ou issues de l’immigration.

 

Axe 2 : Injonction à se former et accès aux moyens de sécuriser les parcours professionnels.

Originellement, la formation a pour vocation de promouvoir les compétences pour permettre l’évolution et la promotion professionnelle au sein des organisations « employeuses ». Si la formation professionnelle a gardé cet objectif, elle tend aussi de plus en plus à être investie d’une mission de sécurisation des parcours professionnels. Elle vise également à favoriser le maintien dans l’emploi pour des travailleurs fragilisés, soit du fait de transformations organisationnelles dans leur emploi, soit du point de vue de leur santé, leur âge ou qualification. Quatre types de salariés sont étudiés par quatre groupes de chercheurs :

  • Des salariés qui exercent dans des secteurs caractérisés par la fragmentation de l’emploi (contrats courts, temps partiel, multi-employeurs) qui est une condition peu propice au recours à la formation.
  • Les travailleurs seniors fragilisés dans leur emploi du fait de l’allongement de la vie active
  • Des salariés stables dans l’emploi mais menacés de désinsertion professionnelle car leur problème de santé les fragilise professionnellement ou parce que leur poste de travail ou leur métier a fondamentalement changé et les contraint à une réorientation qu’elle soit choisie ou subie.
  • Des salariés susceptibles d’être bien intégrés et en recherche de promotion sociale : les cadres du secteur social et médico-social connaissent désormais une injonction à la formation de haut niveau (niveau 1) depuis 2007. Comment ces salariés vivent-ils la formation, qui s’impose à eux au regard de nouvelles dispositions réglementaires, tandis que les cadres de ce secteur accédaient traditionnellement aux fonctions supérieures en justifiant de leur expérience professionnelle ?

 

Axe 3 : Axe transversal.

Le dernier axe propose trois analyses transversales à la formation professionnelle continue, dont les observations et analyses nourrissent et se nourrissent des travaux des deux axes précédents.

 

  1. À partir des textes de loi, la première analyse s’attache à étudier l’injonction à la formation au travers de l’effectivité du Compte Personnel de Formation (CPF). Une première partie du travail est consacrée à l’application du CPF auprès des demandeurs d’emplois et aux réponses de Pôle Emploi et du Fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP), créé en 2009 pour succéder au Fonds unique de péréquation (FUP), aux demandes d’usage de ce compte par les sans-emplois. Une seconde partie du travail consiste à analyser la négociation collective de branches, voire d’entreprise quand il y en a, sur l’application du CPF.
  2. À l’aide d’observations et d’entretiens menés dans les structures de formation, la deuxième analyse d’ordre sociologique sur la mutation des rapports institutionnels liés à la formation professionnelle dans le champ de l’intervention sociale. Cette analyse située permet de remettre en perspective les questions de qualification des métiers sociaux et des personnels d’encadrement du champ social dans une histoire sociale des établissements de formation, publics et privés.
  3. Un troisième niveau d’appréhension porte sur une analyse psychologique de la motivation envers la formation et de son impact sur l’employabilité des individus en recherche d’emploi. Il cherche à définir des critères motivationnels plus ou moins favorables à l’investissement des personnes dans un cursus de formation.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search