Retour sur la matinale du 21 Mai 2019

La formation professionnelle, une nouvelle chance ?

Le programme de recherche Informa (INjonction à se FORmer et à s’Adapter) a été lancé en 2017 pour une durée de trois ans, avec le soutien financier de la Région Pays de la Loire. Le programme mobilise des enseignants-chercheurs ligériens dans le but d’analyser la formation continue et son accès. Le groupe de recherche met en place des Matinales INFORMA qui permettent le croisement des regards des multiples acteurs de la formation et ainsi d’établir un échange constructif. La dernière en date s’est déroulée le 21 mai à La Maison de la Recherche Germaine Tillion à Angers.

Lors de cet événement, trois thématiques liées à la formation ont été explorées :

  • L’injonction à la formation citoyenne, dans le cadre du service civique ;
  • La formation professionnelle chez les seniors actifs ;
  • La formation au français pour les personnes ayant connu un parcours migratoire.

 

Faire un service civique. Le sens de l’injonction à se former comme citoyen chez les décrocheurs scolaires.

Gérard Houdeville a ouvert cette matinale en prenant pour objet le service civique tel qu’il existe depuis 2010 sous la forme d’un dispositif national dit d’encouragement à l’engagement pour la citoyenneté et au soutien à celle-ci.  

Suivant l’objectif officiel principal du service civique : « tout jeunes doit pouvoir vivre l’expérience du vivre ensemble, de l’intérêt général et la citoyenneté ». C’est un objectif d’universalité dans le sens où celui-ci doit être accessible à tous. Il s’agit de permettre aux volontaires de contribuer à une société plus durable, inclusive et humaine. Le service civique permet de former les volontaires citoyens, d’aujourd’hui et de demain, à des valeurs considérées comme essentielles pour la cohésion nationale. L’injonction à se former comme citoyen apparaît alors comme le principal enjeu de ce dispositif. Porté par une association (généralement), le projet personnel construit par « le jeune » se doit ainsi d’être un projet d’engagement.

Gérald Houdeville s’est interrogé sur l’appropriation de cet engagement citoyen : quels rapports les jeunes entretiennent-ils avec leur service civique ?

Les modalités du service civique dépendent de la situation des destinataires de ce dispositif il ne sera pas le même pour un étudiant de master 2 que pour une personne ayant connu un décrochage scolaire. Il s’agit donc de comprendre les différents types de rapports possibles au dispositif en fonction des ressources et expériences antérieures des jeunes auxquels il s’adresse.

Gérald Houdeville montre que les jeunes les plus démunis et précarisés s’approprient ce dispositif comme un moyen, une promesse d’accrocher le marché du travail. Par ailleurs, plus les jeunes ont un niveau scolaire élevé, plus ils sont en situation de mettre à distance l’urgence de l’emploi et vont prendre le service civique comme une pause pour réfléchir à ce qu’ils vont faire par la suite. Il existe donc une diversité des appropriations du dispositif. Les usages s’écartent en général assez largement de l’appel à l’engagement citoyen. Les jeunes engagés en service civique trouvent surtout dans cette expérience un moyen de préparer leur entrée sur le marché du travail ; en fonction de leurs ressources, il s’agit soit de trouver et de connaitre une expérience quasi professionnelle pour accrocher le marché du travail, soit de trouver dans le service civique un moyen privilégié pour construire son avenir ou faire une pause dans les études avant de s’engager dans une nouvelle orientation.

 

La Formation Professionnelle Continue : une solution pour l’emploi des actifs seniors ?

Les personnes actives de 50 ans sont confrontées à des freins sur le marché de l’emploi. Leurs opportunités d’accès et de maintien de l’emploi sont moindres quant à la moyenne des actifs (risque de licenciement, accès plus difficile à l’emploi, chômage de longue durée). Par ailleurs, les seniors font l’objet de représentations sociales stigmatisantes en emploi (manque d’adaptabilité, productivité réduite, surcoût de rémunération, inadaptation au numérique, santé déclinante…).

Dans un contexte où les mesures favorisant le maintien en emploi des seniors évoluent (allongement de la durée d’activité, raréfaction des dispositifs de préretraites, suppression de la dispense de recherche d’emploi ou de revenus à destination des chômeurs âgés), la formation professionnelle continue (FPC) est-elle/peut-elle constituer un levier efficace pour sécuriser les fins de parcours professionnels des seniors ?

Les intervenant.e.s de la table ronde ont mis en exergue les difficultés des seniors à se projeter dans les formations proposées. Leurs conceptions de la formation, semble-t-il, ne favorisent guère le recours à celles-ci. Aux freins « psychologiques », s’ajoutent des contraintes physiques, c’est pourquoi il est nécessaire d’aborder la formation comme un moyen de redonner confiance en valorisant les compétences et les aptitudes. Elle doit répondre aux besoins des entreprises et tenir compte de la réalité du marché de l’emploi, nous disent les différents intervenant.e.s. Il reste qu’il s’avère nécessaire, désormais, de penser à observer sous quelles conditions sociales les seniors pourraient-ils se projeter « avec confiance » dans des cursus de formation, et y trouver des conditions favorables à la valorisation de leurs compétences.   

Les intervenants soulignent la nécessité de former les seniors en analysant le besoin de formation vis-à-vis des besoins de l’entreprise. Outre les enjeux d’information, il est primordial que les seniors aient accès à l’information et connaissent les dispositifs contribuant à leur réinsertion (Action de formation préalable au recrutement -AFPR-, parcours TPME, Préparation opérationnelle à l’emploi individuelle -POEI-…). Il demeure nécessaire de s’interroger sur la compatibilité des exigences des entreprises (logique de compétences…) et l’intérêt des salarié.e.s (reconnaissance d’une qualification, pas d’intérêt pour la formation tandis que la carrière est déjà avancée…). Qu’ont les seniors à gagner, dans une démarche de formation ?

Les intervenants observent enfin la nécessité de mettre en place des moyens pour accueillir les seniors et ainsi contribuer à cette démarcher de réinsertion (encadrants dans le cadre d’une Période de mise en situation en milieu professionnel -PMSMP- par exemple). Ainsi, les seniors pourront davantage être attirés vers la formation. Les questions de l’adaptation des formations aux habitudes professionnelles (apprentissage par le terrain plutôt que par un savoir académique, par exemple) restent entières. Pour être attrayantes, les formations gagneront à s’adapter aux publics concernés. 

 

La formation professionnelle continue : une opportunité pour les publics migrants ?

Avec l’introduction du contrat d’intégration républicaine (CIR) en 2016, tout étranger non européen admis au séjour en France souhaitant s’y installer durablement, ayant un niveau de français estimé comme inférieur au niveau débutant A1 (sauf exceptions), a pour obligation de suivre des cours de français. Cet élément démontre combien en France, comme dans d’autres pays européens, l’apprentissage de la langue nationale est positionné comme une étape essentielle, voire nécessaire pour l’intégration sociale, économique et citoyenne des publics migrants. Si la durée et le « niveau d’exigence » du dispositif CIR et d’autres dispositifs nationaux ou territoriaux de formation linguistique, ainsi que l’éligibilité de différents publics migrants (« primo-arrivants/ accédants », demandeurs d’asile, citoyens européens…) font l’objet d’un débat dans la sphère politique, les effets de la formation linguistique sur les parcours des publics concernés sont encore largement méconnus. Qu’en est-il du côté des personnes migrantes ? Comment cette formation au français est-elle perçue ?

L’ensemble des intervenant.e.s soulignent combien la question de l’emploi représente pour les personnes migrantes un objectif essentiel. De ce fait, la maîtrise de la langue est primordiale et nécessaire pour leur insertion professionnelle et sociale. Bien que cet apprentissage soit contraignant, c’est une des seules solutions pour eux d’accéder à l’emploi. Il existe des dispositifs qui permettent de les accompagner dans cet apprentissage. L’association « La petite école » définit sa mission comme étant de permettre aux migrants d’acquérir un « kit de survie » de la langue française, pour ensuite faciliter leur insertion professionnelle et sociale.

Pour les migrants, la formation est donc une passerelle nécessaire pour accéder à l’emploi, cependant, elle doit avoir un lien concret avec le monde de l’entreprise pour pouvoir donner du sens aux personnes concernées. Ce lien concret se matérialise sous la forme d’alternance, d’apprentissage, ce qui permet par la suite aux migrants de sécuriser son emploi ou tout simplement de s’insérer. La formation doit également accompagner ces personnes qui pour la plupart sont en situation précaire. Un accompagnement dans la recherche de logement par exemple ou encore avec l’apprentissage des codes sociaux. La formation au français est donc un support, mais qui sert pour l’ensemble de modalités de l’intégration sociale.

Des dispositifs mettent en place des parcours de formation intégrés à des métiers présentant des difficultés de recrutement : formation qui associe l’apprentissage d’un métier à l’apprentissage du français dans un accompagnement global. En effet, les dispositifs comme : Hébergement, orientation, parcours vers l’emploi (Hope), Une voix-e vers l’emploi ou les formations de Pôle emploi, ont des programmes de formation avec hébergement, restauration, construction du projet professionnel.

En France, la reconnaissance des diplômes étrangers est difficile et lorsqu’elle existe, elle ne permet pas toujours une insertion professionnelle. Cette reconnaissance permet simplement aux migrants d’obtenir une équivalence de niveau pour ensuite pouvoir reprendre les études. Par ailleurs, l’offre de formation n’est que trop peu visible et lisible aux yeux des personnes concernées. Considérée comme trop complexe, elle représente un réel frein à l’emploi, selon les intervenant.e.s.  

Le colloque final qui aura lieu en début d’année 2020 clôturera le programme de recherche Informa. Ce sera l’occasion de présenter au grand public les résultats des enquêtes scientifiques menées, de discuter les hypothèses et constats émis par les participants aux Matinales. Un colloque qui s’articulera autour d’une dimension internationale avec des intervenants de plusieurs pays : l’Espagne, l’Angleterre, l’Allemagne, la Suisse, le Québec.  Cette diversité de chercheurs permettra de comparer la situation française quant à la formation professionnelle continue par rapport à d’autres pays.

 

En savoir plus :



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search