La formation professionnelle comme objet de recherche transversal et pluridisciplinaire

Si la formation continue fait l’objet d’un large consensus, elle tend aussi de plus en plus à prendre le caractère d’une obligation sociale. C’est cette injonction que le projet INFORMA ambitionne d’étudier en analysant les discours qui justifient la nécessité de se former. Dans un contexte de mise en place du « Compte personnel de formation », cette recherche pluridisciplinaire se donne aussi comme objectif de saisir la manière dont les acteurs s’approprient ou rejettent cette injonction à se former. Dépassant les constats du caractère inégalitaire de l’accès à la formation professionnelle, le projet INFORMA vise, dans une approche compréhensive, à mettre en lumière les déterminants qui en ouvrent ou en ferment l’accès. Pour cela, sont étudiées diverses populations, peu ou pas investiguées du point de vue de leur rapport à la formation professionnelle (chômeurs de longue durée, décrocheurs scolaires, salariés en emploi fractionné, salariés en situation d’inaptitude professionnelle, travailleurs en recherche de promotion sociale), afin de soutenir l’hypothèse d’une injonction à se former de plus en plus en prégnante dans le monde du travail contemporain, quoique formulée et reçue de façon différenciée en fonction des populations concernées.

D’un point de vue méthodologique, ce projet de recherche repose sur la complémentarité des approches qualitatives et quantitatives (Dietrich, Loison, Roupnel, 2010). Les résultats obtenus par les observations in situ et les entretiens approfondis auprès des publics spécifiques, auxquels les membres du consortium consacrent leur recherche, ont vocation à pouvoir être croisés, dans une perspective comparative (Schnapper, 2007). Par sone approche pluridisciplinaire, le projet INFORMA se propose d’interroger le rapport à la formation sous un angle novateur, c’est-à-dire en l’abordant du point de vue des personnes qui ne se forment pas. Qui sont celles et ceux qui n’ont pas accès à la formation professionnelle alors même que celle-ci est considérée comme un moyen nécessaire pour faire face au chômage et de se maintenir et progresser dans l’emploi ? Qu’est-ce que se former signifie pour les populations considérées comme les plus fragilisées sur le marché du travail ou engagées dans des contrats d’emplois atypiques ? Pour cela, il convient  de dépasser les constats répétés des multiples inégalités d’accès à la formation (Dubar, 2004 ; Méhaut, 2003 ; Merle, 2004 ; Fournier, 2006 ; Zamora, 2006, Frétigné, De Lescure, 2007 ; Ferracci, 2013 ; Santelmann, 2006) pour privilégier une approche compréhensive du phénomène qui, mises à part les enquêtes qualitatives menées auprès des travailleurs précaires (Perrez, 2009), fait jusqu’à présent défaut.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search